2022 a connu ses premiers jours et c’est dans ces premiers instants que je rédige ce nouveau billet qui – je vous le confie de suite – va être plus personnel qu’à l’accoutumée. En effet, je vais dresser le bilan de 2021 ici même, au lieu de le faire en newsletter par exemple. Car après une longue réflexion et un mal de ventre me criant 😨 : « il faut le mettre au grand jour et ne pas se cacher, parle-leur de ce qui a été compliqué, ça va résonner chez plus d’un », je décide de vous dévoiler la nouvelle vision de mon entreprise, qui m’a été insufflée par ma santé.

Vous y trouverez donc les ratés, mais aussi les belles leçons tirées 🙏🏻. Promis, il ne s’agit pas d’un article plaintif, mais il m’a semblé intéressant de partager aussi ce pan de ma vie de freelance, car il peut tous et toutes nous concerner.

10 ans de freelancing et un travail acharné

En 2012, j’avais décidé de créer mon propre emploi d’assistante indépendante : à l’époque ce n’était pas si courant (là, j’ai l’impression d’avoir 50 balais 😅, mais c’est aussi un constat : les métiers digitalisés ont connu un vrai essor). Aujourd’hui, c’est clairement rentré dans les mœurs, et encore plus depuis l’arrivée de la crise sanitaire.

Durant 10 ans j’ai travaillé de manière acharnée pour que mon entreprise fonctionne. J’emploie volontairement le mot « acharné », car si je regarde dans le rétroviseur, je n’ai pas compté mes heures, j’ai fait passer ma vie familiale et sociale bien souvent en second plan, et clairement, je ne peux pas dire que je le regrette 😉 : c’était pour moi une clé de la réussite, mais surtout de la pérennisation de mon entreprise.

Seulement voilà, il y a un effet boomerang 🥏 auquel je ne m’attendais pas : très organisée, la masse de travail que j’abattais était colossale, et je me suis enfermée dans une serviabilité et hyper-réactivité qui ont commencé à m’étouffer, pensant que mon métier était justement d’être ultra disponible, je ne me suis pas créé de limite : erreur !

C’est en 2019 que j’ai commencé à ressentir cette oppression 😓 (mise toute seule comme une grande hein…), et où j’ai commencé à découvrir la philosophie du slowbusiness. Wahou cette idée-là me plaisait, et j’avais actionné les leviers pour y tendre : simplifier mon organisation et mon efficacité, déléguer à une équipe certaines tâches opérationnelles, revoir mes plages horaires de disponibilité, essayer de me respecter.

En 2020, mon entreprise connaît une forte croissance 📈, et certaines de mes bonnes résolutions (ci-dessus) ont commencé à s’effacer dans le temps : exit les plages de travail sur mon entreprise, aucun respect pour mon sommeil ou mon temps libre. Je l’avais d’ailleurs bien stipulé dans mon bilan partagé : « trouver un meilleur équilibre entre vie pro et perso ».

Mais pourquoi donc il était impossible pour moi de me tenir à cet équilibre 🙄 alors que les bonnes actions avaient été mises en place ?

2021 devait être l’année du slowpreunariat

C’était décidé ainsi : trois objectifs majeurs pour 2021 :

📍 Trouver un meilleur équilibre pro et perso en arrêtant de zapper une partie de ma vie, et m’occupant de mon corps en bougeant plus (oui, rester 50 heures assise devant un PC durant la semaine, ce n’est pas du sport 🤣)

📍 Intégrer ma nouvelle assistante et créer une relation solide pour que mon entreprise puisse fonctionner que je sois là… ou pas

📍 Créer un infoproduit pour aider encore plus de solopreneurs dans leur quotidien

👉🏻 Sur ces 3 objectifs, deux ont été parfaitement atteints :

Marine, mon assistante, travaille à mes côtés pour un de mes clients, et s’occupe de certaines tâches au sein de mon back office. Cependant, pour être honnête complètement, il n’a pas toujours été possible de l’intégrer sur d’autres missions clients, car ceux-ci étaient plus frileux d’avoir un autre interlocuteur. Je me suis demandé si ce blocage provenait d’un manque de confiance ou si simplement c’était une idée arrêtée que je n’arrivais à déconstruire… j’ai eu ma réponse quand le client pour qui elle travaille également m’a clairement fait comprendre que : « je suis rassuré, elle a tout le process en main, et sait gérer ». C’est mon rôle en tant que chef d’entreprise de m’assurer qu’elle puisse suivre la feuille de route comme si c’était moi qui la réalisais. Je lui fais confiance, donc mon client peut lui faire confiance.

✅ En juin 2021, après 6 mois de travail, j’ai fièrement sorti la méthode Apprendre à Déléguer en toute Sérénité. Oui fièrement, car c’était une grosse sortie de zone de confort pour moi que de créer un contenu en ligne, afin que des entrepreneurs puissent suivre pour apprendre à déléguer pour la première fois, avec des bases solides, des outils et des concepts à comprendre. Et puis, fièrement aussi, car cet « accouchement » s’est réalisé non sans peur sachant ce que la vie m’avait mis sur la route…

❌ Vous aurez donc bien déduit que l’élément presque “phare” de 2021, celui où je m’étais fixé de ralentir, n’a pas été respecté… et pour cause…

Le tsunami de 2021

C’est finalement fin 2020, alors que j’enchaîne les jolies collaborations et le pilotage de la croissance de mon entreprise, qu’un tsunami ⚡ personnel est arrivé. Fin d’année, je commence à ne plus réussir à dormir correctement (coup dur pour la marmotte que je suis), puis à beaucoup, mais vraiment beaucoup boire (genre 5 litres 🥤 par jour !)…

Un mois plus tard, voilà que je commence à maigrir sans raison : « tu es surmenée ma chère Caro »… peut-être… et du jour au lendemain, ma vue commence à devenir floue de très près : « oh, tu devrais faire contrôler ta vision, ça fait longtemps que tu n’as pas été chez l’ophtalmo »… que des excuses, toujours des arguments « rassurants » que l’on se trouve, pour ne pas écouter le corps qui parle…

Pourtant le corps est notre meilleur ami 😊

Les symptômes bien présents, je décide tout de même de consulter le doc et de faire une analyse sanguine… le tsunami arrive, je m’écroule quand le diagnostic tombe, car je comprends rapidement que quelque chose d’important se passe : « madame, vous avez trop de sucre dans le sang, c’est dangereux ».

Malheureusement pour moi, ma prise en charge fut longue – trop longue – et au lieu d’être administrée directement à l’hôpital, car mes jours étaient en danger avec l’apparition du Diabète de type 1, j’ai erré ainsi pendant 4 mois sans traitement, et j’ai épuisé toutes, absolument toutes les ressources de mon corps. Ce n’est qu’en mai que j’ai pu avoir le traitement adéquat, et où je pensais pouvoir souffler, et récupérer… mais le corps avait trop morflé… des années passées, et des mois derniers.

J’aurais dû…

À ce moment-là, il aurait été juste NORMAL et évident que je marque une pause, et que je me rétablisse au moins quelques semaines… mais voilà, je suis dans la serviabilité mal placée, et mon travail me permet de « penser à autre chose »… car le diabète de type 1, je vous le dis, c’est H24 : l’alimentation, le sommeil, le sport, les calculs constants à faire, les glycémies à gérer, les émotions qui interfèrent, les hormones… bref, une charge mentale de dingo 😵… que j’ai subie voire créée, sans m’écouter.

J’ai donc continué à travailler, parfois tant bien que mal 🥴, et à mener les projets que j’avais pour mon entreprise, car “je me devais de tenir mes engagements”.

La vie m’offre la possibilité de revoir ma vision et ma méthode de travail

Ce n’est donc pas en 2021 que j’ai pu adopter et embrasser 😘 le slowbusiness, car j’avais besoin de comprendre et surtout d’apprendre une énième étape : mon corps, c’est mon véhicule : il faut en prendre soin et ne pas attendre d’avoir un tsunami pour se mettre sur le bas-côté. Mais pour comprendre cela, la première chose est la prise de conscience vraiment actée, et le travail sur son mental et sa vision.

Grâce à cette expérience hypra enrichissante, j’ai compris comment mon corps fonctionnait et les croyances malsaines que je pouvais avoir (travailler toujours plus pour « servir »).

💛 Finalement, ce raz-de-marée m’a fait grandir personnellement, mais aussi dans la vision que j’avais pour le développement de mon entreprise.

💨 Exit les injonctions comme “il faut que”, exit les moments à me forcer, exit aussi les collaborations qui ne rejoignent plus mes valeurs humaines profondes : le respect et la bienveillance.

2022 : l’année où je veux être 100 % alignée

Pas de résolution, ni même une liste d’objectifs à rallonge cette année 🙅🏻‍♀️. La priorité, c’est de vivre selon mes envies et mes besoins.

Fin décembre, durant mes congés, j’ai eu besoin de faire un grand tri ✂, comme pour épurer et lisser un ensemble de choses : cela est passé par les outils dont je n’ai plus besoin, l’organisation d’un nouveau planning selon mes envies (tout en respect évidemment mes engagements envers mes clients, of course), simplifier mon organisation encore et toujours, nettoyage de fond en comble de mon home sweet home en ne gardant que l’essentiel, alimentation moins industrielle et de saison, moments familiaux et amicaux mis en avant, et depuis wahou 😍, quelle libération dans ma tête et dans mon quotidien.

J’ai compris que j’avais besoin de revenir aux basiques de la vie, aux choses importantes et non plus aux « paillettes » qu’on voudrait nous vendre.

2022 sera l’année où je veux être 100 % alignée avec la personne que je suis devenue, 100 % alignée avec la valeur ajoutée que je peux apporter aux autres. Ne plus se mentir à soi-même en faisant comme untel parce que ça fonctionne pour lui ou parce que c’est la dernière tendance.

Je continue de gérer mon entreprise, mais avec une autre vision : aujourd’hui, elle est pérenne, je n’ai pas peur de l’affirmer ; les chiffres sont là également pour le prouver.

Et ce n’est pas parce que je simplifie voire lève le pied que les fondations vont s’écrouler : bien au contraire en me respectant je ferais de mon entreprise une activité à mon image c’est-à-dire à l’écoute et efficace ; tout en choyant l’humain qui a bien besoin aujourd’hui de prendre soin de lui 🥰.