Nous sommes en mai 2020, et deux mois se sont écoulés depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19. Il ne m’a fallu que 2 jours après le démarrage pour comprendre que le confinement n’a rien changé à ma vie de freelance. Cela a d’ailleurs pu surprendre 🤔 toutes les personnes (sphère pro et privée) qui sont venues s’en inquiéter : “ça va, tu ne souffres pas trop de la situation ?”.
Alors pourquoi le confinement n’a rien changé à ma vie de freelance et que va-t-il se passer après ?

Finalement, 2019 m’avait préparé à cette situation côté pro

Si vous l’aviez suivi, en 2019 j’ai clairement galéré 😓. Cela a démarré fort dès janvier, avec une collaboration qui représentait 70 % de mon chiffre d’affaires et qui s’envola du jour au lendemain, sans explication, après 6 ans de bons et loyaux services ; et donc une remise en question sur ma valeur, mes envies, mes offres.
C’est pendant cette période que j’ai pu clarifier mes objectifs futurs et songer à repositionner mes services. Je me suis fait un sang d’encre sur beaucoup d’aspects, que les freelances pourront très bien imaginer, alors qu’en fait, j’ai toujours eu des missions qui sont venues jusqu’à moi.

Mon activité c’est de travailler dans les coulisses des entreprises de mes clients, mettre en place des process, optimiser, gérer, anticiper. Alors quand au mois de mars 2020, le vilain virus débarque et impacte l’économie de manière sévère 💥 car tout un pays doit se mettre à l’arrêt, j’y ai plutôt vu une opportunité de prendre ce temps pour consolider le business de mes clients.
C’est comme si j’avais déjà en ma possession des lunettes 😎 protégeant d’une éclipse solaire qu’il ne fallait pas voir de face, pour ne pas s’aveugler ; alors que d’autres cherchent encore à s’en procurer.

Le plan d’action pendant le confinement

C’est donc tout naturellement que j’ai proposé à mes clients de se saisir de l’occasion pour se tourner vers le positif, et anticiper toutes les actions possibles pour faire de leur back office un pilier 💪 pour l’avenir de leur entreprise, et ainsi être dans les starting-blocks dès la reprise. Au mois d’avril, mon mois a été rythmé : mise en place d’outils collaboratifs, recherche de prestataires pour des compétences que je ne maîtrise pas, aide au pilotage du lancement d’une nouvelle marque, rédaction de process pour une équipe.

Cette capacité à rebondir, à voir le positif dans la situation, j’appelle cela tout simplement : la résilience.

En termes de fonctionnement quotidien, rien n’a changé également : j’utilise toujours des outils collaboratifs 💻 qui nous permettent, mes clients et moi, de travailler comme si nous étions les uns à côté des autres. D’ailleurs, Microsoft estime que nous sommes en train de vivre un tournant majeur dans le mode de travail, et il n’a pas tort.

Et côté perso, est-ce que le confinement a changé quelque chose ?

Si je suis organisée de manière pointilleuse sur le plan professionnel, c’est aussi parce que je le suis sur un plan personnel 😏.

Ce que j’entends par “organisée”, c’est que beaucoup de choses sont planifiées, ordonnées et cela a fait bien souvent ses preuves. Quand il arrive un imprévu, j’arrive à gérer mes émotions (car ça ne déborde pas de partout), et je peux réagir de suite.

L’organisation

Dans la liste de ce qui est ordonné et planifié, on retrouve : le batch cooking sur le mois 🥗, les jours programmés pour l’intendance de la maison, ou encore du jardin, les courses effectuées via le drive depuis 2010 déjà, les moments avec la famille ou les amis, etc.

Côté rangement et organisation, c’est pareil : je programme mes chantiers de nettoyage de printemps/automne sur l’année, chaque chose a également sa place dans la maison (ce n’est pas un peu “militaire” tout ça ? 😆 Oui, on pourrait le penser si on n’adopte pas cette méthode, mais en fait, c’est surtout libérateur, car plus le besoin de penser à toutes ces choses en temps normal, et comme j’ai plutôt un cerveau qui turbine à longueur de temps, cela me laisse de l’espace pour d’autres projets).

Le rythme

Le fait de travailler, et de conserver mon rythme journalier ⏰, ne m’a pas donné la sensation d’un confinement. D’ailleurs, il n’y a que mon petit quartier tranquille de campagne qui est devenu un peu plus animé, puisque les voisins étaient chez eux.

De son côté, mon mari a également continué de travailler, donc au niveau du rythme, nous n’avons pas eu besoin de nous adapter.

Ma “copine” qui m’avait préparée à cela

Il y a un point cependant qui m’a fait me sentir en plein décalage par rapport aux autres. Celui de sortir 🚪. En 2010, en plein cœur de la vingtaine, une “copine” s’est installée chez moi, sans prévenir, et a rendu ma vie complètement différente. Elle se nomme : agoraphobie. Des années à la cerner, la comprendre, l’accueillir, pour finalement l’apprivoiser. Cela laisse forcément un bagage d’expérience dans mon esprit. Et donc, je me suis sentie en décalage avec celles et ceux qui pouvaient souffrir de se sentir ainsi emprisonnés.

Comment préparer l’après confinement pour sa vie d’entrepreneur ?

Comme vous l’aurez compris, de mon côté, le confinement n’a pas rimé avec arrêt 🛑.

Par contre, il m’a donné quelques pistes pour la suite de ma vie de freelance : continuer de me former sur des outils qui me font de l’œil, consolider mes accompagnements auprès des entrepreneurs pour encore plus leur rendre la vie facile, m’acheter un nouveau PC (le mien date de 2013, alors il est temps, il n’est plus réactif, et ça, ce n’est juste plus possible), et mieux dormir (oui, là, clairement, j’ai manqué de sommeil, alors je vais tâcher de prendre un peu plus soin de moi). Ce programme est déjà pas mal, vous ne trouvez pas ?

Pour les entrepreneurs qui ont fait le constat que ce confinement était la preuve que leur business devait évoluer, je vous suggère la lecture de cet article, qui peut donner des pistes.

Ce confinement n’a pas changé ma vie de freelance

Mais peut-être qu’il aura changé la vôtre 🤷‍♀, et ainsi, des nouvelles actions sont à imaginer pour pérenniser, se réinventer et répondre à une demande qui va évoluer. Il y aura clairement un avant et un après, ce n’est pas dramatique en soi si vous captez ce changement et arrivez à anticiper les projets à mettre en place. Oui, cela demande de la réflexion, de l’introspection, voire de la résilience, mais oui aussi, ce sera bénéfique. Selon moi, les choses n’arrivent pas par hasard .

 

Pourquoi le confinement n'a rien changé à ma vie de freelance